Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profession Sourcing

  • : PROFESSION SOURCING
  • : Depuis bientôt 8 ans, je réalise pour le compte de centaines d'entreprises françaises des missions de sourcing en Chine. Ce blog a pour vocation à vous faire partager mon analyse et mon expérience. J'espère ainsi vous aider à vous familiariser avec le sourcing en Asie, et, plus particulièrement, en Chine. Parce qu'un importateur averti en vaut deux...
  • Contact

Auteur : Yen Tchéou

Directrice de Asia Expert Solutions
www.asiexpert.com

Rechercher Dans Ce Blog :

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 19:24

breakfast-hk.JPGLe Petit Déjeuner

 

J'avais oublier l'embarras du "peu de choix" que j'ai dans les "cha teng" (l'équivalent des cafés à Hong Kong).

Vous avez le choix au petit déjeuner entre plusieurs menus A, B, C, D, E mais ils sont  tous plus déroutants les uns que les autres :

 

- L'italien : des mararonis servis avec une tranche de jambon ou de cotelette de porc non découpée. C'est servi avec une cuillère : y a pas de couteau sauf si on le demande expresssément. On voit donc avec quelle élégance les clients affamés se contorsionnent dans tous les sens pour attraper le bon bout.

(en parlant de ça ils ont fait très fort hier soir, j'ai mangé italien, c'était servi avec une fourchette de chaque côté de mon assiette...)

 

- l'instantané : les nouilles chinoises pré-cuites qu'on aurait pas idée de manger au resto à Paris (vous savez, genre le Buitoni du supermarché)

 

- le français : c'est un peu l'équivalent du pain perdu qu'on recycle en France quand le pain est devenu imangeable en le faisant frire trempé dans des oeufs, un peu de lait et du sucre. Mais ici, c'est servi avec du pain de mie frais et ils ajoutent une noisette de beurre sur le pain chaud... régime s'abstenir. 

Ces hongkongais, ils croient vraiment que les français mangent ça au petit déjeuner et que Délifrance est une franchise aussi répandu que Mac Do. Quand je leur dis que ça n'existe pas, ils tombent des nus...

 

- l'anglais : le toast avec omelette et jambon à côté... mais pourquoi ils mettent du lait concentré sur le toast ???

 

- le chinois : dim sum, lo bak kow, soupe de riz... après tout, pourquoi pas... au moins y a pas de mauvaise surprise... attention tout de même au faux "xiu mai" : la viande de porc est remplacée par un truc gélatineux blanc, j'arrive pas à savoir ce que c'est...

 

Le tout est servi avec, glacé ou chaud, du thé au citron, du café au lait, un mélange de café et de thé au lait, du lait frais.

Y a pas de lait de soja ??? Non 9 fois sur 10. A force, je ne demande plus, sûre de la réponse...

Si vous voulez faire des exercices pour vous dégourdir les mains, je vous conseille le thé au citron. Le jeu consiste à prendre la paille ou la cuillère et d'écraser sans éclabousser les 5 ou 6 tranches de citron dans le verre... comme ça, on est sûr que c'est pas "recyclable"...

 

Un conseil, n'oubliez pas d'apporter votre paquet de kleenex... oops, je voulais dire votre paquet de Tempo... et méfiez vous des contre-façons offerts avec les journaux populaires, vous savez, les marques "Tempu", "Tinpu", "T()mpo", etc... : ça laisse des petits bouts de papiers collés sur le visage après s'être essuyé le front... et je vous dis pas le résultat si vous avez une barbe de 3 jours...

 

Au fait, si vous allez au bureau juste après, soyez discrets : je sais bien que le papier toilette n'est pas disponible dans les cabines publiques et qu'il faut une clé pour y accéder, mais c'est peut être pas la peine de prendre autant de feuilles : on va savoir que c'est un "grand" que vous allez faire... ou alors faites comme ce Monsieur que j'ai vu ce matin, quitte à se montrer, il a fait la totale : le quotidien du jour sous le bras, la cigarette au bec, le rouleau de papier cul dans la main... là c'est sûr on sait qu'il n'en a pas que pour 5 minutes...

 

Ah, j'oubliais, bon apetit !

Yen

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 19:38

hongkongL'héritage britannique

 

Ca serait facile de relever ce qu'un touriste lambda pourrait observer en passant un ou deux jours à Hongkong : les prises électriques (tellement encombrantes), le système métrique (peuvent pas faire comme tout le monde ??), la conduite à gauche, le bilinguisme de tout document public (ça c'est bien !), le nouvel aéroport (spacieux et pratique), les jours fériés (ils les cumulent avec les jours fériés chinois ces veinards), les prénoms occidentaux alloués à côté du prénom chinois (ça commence très jeune : tous les enfants ont un prénom occidental dès la maternelle), le métro hongkongais (impeccable de propreté), l'anglicisme utilisé à tout bout de champs dans pratiquement dans une phrase sur deux.

Ca peut donner par exemple en français, "tu as reçu le mail de Mister Cheng ? Attends, je vais check. Oh my god, il est déjà 11h !! Je vais rater mon appointment si je ne prends pas le MTR (metro) now, j'ai un lunch avec le marketing director de la ABC company pour parler des résultats des sales du quarter dernier. Je suis tellement happy et excited à l'idée de signer le contract  ! Je vais me prendre un lemon thé pour me calmer et je vais call un taxi, c'est plus sûr."

 

Pourtant, il reste des habitudes quelques peu suprenantes. La correspondance par email par exemple. On a beau avoir eu un entretien en cantonais, il n'empêche que les échanges d'emails sont en anglais (chouette !!!). De même les annonces de recrutement : l'annonce, la lettre de candidature ainsi que le CV sont écrits en anglais même lorsque le candidat a un niveau moyen voire nullissime (et j'en ai vu des nuls... je dis pas que mon niveau est bon mais quand même...).

 

Et puis y a aussi du bon. Le charity business par exemple. Pour bien le voir, il suffit de prendre le métro un samedi matin. C'est inmanquable.

Petits ou grands, on les voit arriver de loin avec leur tirelire. C'est un vrai parcours du combattant pour arriver sur les quais sans se faire pincer.

"A votre bon coeur, M'sieurs dames, c'est pour la bonne cause". Alors on donne parce qu'on en a marre de jouer au gymkhana et pour vous remercier, on vous affuble d'une étiquette collé sur le polo Lacoste au niveau du crocodile. Surtout n'enlevez pas ce signe de reconnaissance : ça vous fait entrer dans la communauté des intouchables... jusqu'au week end prochain.

Ce soir, j'ai fait une bonne action. Pour assaisonner ma salade, j'ai acheté la vinaigrette "Paul Newman". C'est comme si j'avais donné deux fois cette semaine : sur l'étiquette, il est marqué que tous les bénéfices de la vente sont reversés à des associations caritatives...

 

Yen

Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 10:35

Bref, pour ne pas avoir la honte, sachez ces quelques règles non dites mais universelles en Asie…

 

 

1) La cérémonie du thé (ou du café)

Dans tous les pays asiatiques, on vous proposera du thé ou du café à votre arrivée. Ne le refusez sous aucun prétexte. Acceptez ce que l'on vous offre. En effet, comment pourriez vous établir l'harmonie en refusant la première chose que l'on vous propose ?

Par contre, rien ne vous oblige à boire cette boisson. Vous pouvez poliment y tremper vos lèvres et la laisser ensuite sur la table.

 

2) La carte de visite

La carte de visite, c'est le sésame à l'établissement d'une relation, elle est donc absolument indispensable dans toute l'Asie. Il est essentiel que vous portiez la plus grande attention à la carte de visite que vous remet votre interlocuteur. Lisez-la avant de la ranger sur la table. Il est très impoli de ranger immédiatement une carte de visite sans l'avoir lue au préalable. Vous pouvez ensuite les disposer devant vous, face à chaque interlocuteur.

La carte se donne très poliment à deux mains. Vous devez présenter la carte de façon à ce qu'elle soit lisible pour votre interlocuteur. Et bien sûr, les cartes s'échangent individuellement avec chaque interlocuteur et ne se distribuent pas à la volée à l'ensemble des gens que vous rencontrez…

 

3) Utilisation de l'interprète

Il peut arriver que vous fassiez appel à un interprète. Ce dernier sera même indispensable dans de nombreux occasions. Il est indispensable que vous utilisiez un traducteur que vous avez choisi et non un traducteur proposé par la partie adverse. Vous risqueriez, dans le cas contraire, que vos propos soient interprétés et exprimés par une personne qui n'est pas complètement dans votre camp.

Pour bien l'utiliser, il faut que votre traducteur connaisse vos intentions. Au-delà du vocabulaire technique qu'il peut avoir à perfectionnner en vue des entretiens, il faut surtour l'informer à l'avance de votre stratégie de négociation ou des objectifs de votre visite.

Enfin, et c'est le plus important, regardez votre interlocuteur asiatique et non l'interprète lorsque vous parlez. De même lorsque votre interlocuteur vous répond.

 

4) Les cadeaux

L'échange de cadeau (le mot le plus important étant échange et non cadeau) relève de deux ordres :

- le rituel : le cadeau idéal est souvent une spécialité de votre pays ou de votre région. Il est essentiel que le cadeau soit emballé. Lorsque c'est vous qui recevez un cadeau, il est poli de ne pas l'ouvrir en public.

- la relation : il s'agit de montrer de manière symbolique le début d'une relation : on peut dire que c'est le geste qui compte et non la valeur du cadeau.

 

 

5) La tenue vestimentaire

Même dans les pays les plus décontractés du point de vue vestimentaire (Inde, Thailande, Singapour), vous remarquerez que les tenues sont toujours impeccables, propres et repassées. Vous pouvez vous attendre à un extrême classicisme ou du moins à un conservatisme vestimentaire.

 

 

6) Le contact physique

La proximité physique (embrassades et autres contacts corporels) est une habitude latine que ne partagent pas du tout les Asiatiques. Ces derniers font à ce sujet preuve d'une grande réserve. Les contacts physiques sont par conséquent à éviter avec la plupart de vos interlocuteurs asiatiques, et à proscrire absolument entre personnes de sexe opposé.

 

 

7) Le repas

Tous les Asiatiques ne sont pas habitués à la nourriture occidentale, aussi le mieux est de vérifier auprès d'eux s'ils préfèrent un repas chinois, coréen, thai, indien ou un repas occidental. Dans la majorité des cas, le choix se portera sur un repas de leur cuisine nationale.

N'oubliez pas que 40% des indiens environs sont végétariens. Et attention, tous repas chinois comporte au moins un plat chaud, et le déjeuner est à 12 heures au plus tard. Alors oubliez définitivement l'idée de faire une réunion avec plateau-repas froid vers 13 heures…

 

 

 

Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 11:01

On entend souvent que la relation personnelle est essentielle en Asie pour réussir. Pour le comprendre, essayons de comprendre notre schéma mental. Cela nous vient de notre éducation. La première chose que nous apprennent nos parents, c'est la loi, les règles :"dis bonjour à la dame", "dis merci", "tiens-toi bien", etc…

Ensuite, lorsque nous grandissons, nos parents commencent à vous expliquer les choses "ne mets pas tes mains sur la plaque chauffante parce que tu pourrais te brûler". C'est l'âge des explications que l'on nomme l'âge de raison. Notre système éducatif occidental est essentiellement basé sur la raison, l'explication, la démonstration, la logique.

Enfin, la vie nous apprend à mener nos relations. Ce n'est pas à l'école que l'on enseigne comment trouver un partenaire, éduquer ses enfants.

Cet enchaînement crée notre schéma mental et lorsque nous sommes exposés à une situation nouvelle, tout particulièrement dans des conditions d'urgence et de stress, nous ferons d'abord appel à la loi (quelle règle dois je appliquer pour me sortir de cette situation difficile ?). Si nous avons plus de temps, nous allons analyser et essayer de comprendre pour résoudre le problème. Enfin, très rarement, nous ferons appel à nos relations pour régler un différend.

 

Le schéma mental des Asiatiques est à peu près inverse : la relation d'abord, la raison ensuite et enfin seulement la loi. En effet, si vous relisez les sections sur le confucianisme et le bouddhisme, vous verrez que la priorité de l'enseignement, c'est la relation : comment se comporter vis-à-vis de telle ou telle personne (les parents, le maître, etc…). C'est aussi donner la priorité au groupe et à ses relations internes ou externes plutôt qu'aux droits et devoirs de l'individu.

Cela signifie que vous allez devoir vous demander comment vous pourriez utiliser vos relations pour atteindre vos objectifs.

 

Prenons un exemple. En Europe, si vous avez un problème de voisinage qui se passe mal, sans espoir de négociation avec votre voisin, vous irez porter plainte ou tenterez de faire valoir vos droits. L'Asiatique se demandera d'abord à quel intermédiaire il peut faire appel pour jouer le rôle de médiateur. Ou plus réaliste, il cherchera sûrement dans ses relations qui pourra faire pression sur le voisin.

Repost 0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 10:45

J'ai reçu ce matin une demande de devis pour 1000 clés usb.

En "bonne professionnelle" que je suis, je réponds à mon prospect par une demande d'informations complémentaires : quelle capacité de mémoire souhaitez-vous ? quel type de personnalisation ? dans quels délais ?
Et puisque mon contact insiste, je lui donne une idée de prix : "une clé usb, cela peut commencer à environ 2.50 €HT...et plus !"

Devinez la réponse que je viens de recevoir en retour ? Non, on ne répond pas à mes questions...on me dit que je suis trop chère !!!

Alors je rappelle la raison d'être d'asiaexpertsourcing.com :
vous permettre de contacter directement les fabricants. Peut-on faire plus direct que cela ??

Si vous voulez prendre en main votre importation seul, attention, tout est plus compliqué : risques accrus, frais bancaires internationaux, frais de transports moins favorables, frais d'assurance transport, déclaration douanière, paiement comptant à faire au fabricant... alors, toujours envie de faire cavalier seul ???

                                                                                                                                           

 

Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 12:36

Avec internet et le développement de sites comme alibaba.com ou madeinchina.com, l'idée se répand qu'importer de Chine est un jeu d'enfant. Après tout, n'importe qui en France peut acheter n'importe quoi en Chine : l'internet ne connait pas les distances.

Quiconque qui peut passer ses nuits entières à chercher le bon fabricant de MP4 au meilleur prix après avoir interrogé 20 contacts proposant les mêmes produits. 
Je ne compte plus désormais le nombre de clients qui sont venus vers moi, prétendant avoir déjà importé par eux-mêmes et connaître toutes les ficelles du commerce international. Je m'étrangle parfois au téléphone en entendant un client, sûr de lui, m'affirmer que "puisque le prix qu'il a obtenu du fabricant est FOB, c'est donc un prix livré en France détaxé". Mais s'est-il interrogé de savoir si la licence Sisvel, les normes ROHS, les taxes douanières en fontion de la présence ou pas de la fonction radio, les normes CE... avaient été pris en compte pour le calcul du prix ?

Ne croyez pas que nous faisions un travail facile et que notre rôle se limite à faire ce que vous pourriez faire vous-même et à "endosser notre marge au passage". Ne croyez pas nous jouions les Cassandre lorque nous vous alertons. Vous comprendrez - je l'espère, pas trop tard -qu'en matière d'importation, il ne faut pas laisser la place au hasard.

Mieux vaut prévenir que guérir : OUI, il n'est pas rare d'acheter des produits défectueux ; OUI, le contrôle des marchandises par les services douaniers peut aussi vous concerner...

A bon entendeur...

Repost 0