Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profession Sourcing

  • : PROFESSION SOURCING
  • : Depuis bientôt 8 ans, je réalise pour le compte de centaines d'entreprises françaises des missions de sourcing en Chine. Ce blog a pour vocation à vous faire partager mon analyse et mon expérience. J'espère ainsi vous aider à vous familiariser avec le sourcing en Asie, et, plus particulièrement, en Chine. Parce qu'un importateur averti en vaut deux...
  • Contact

Auteur : Yen Tchéou

Directrice de Asia Expert Solutions
www.asiexpert.com

Rechercher Dans Ce Blog :

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 00:01

Ce sont souvent les étrangers (les occidentaux) qui fournissent les équipements servant à la fabrication des produits contrefaits et qui les achètent. Que peuvent faire les titulaires de droits ?

Le design du produit
Votre 1ère action doit consister à enregistrer en Chine même les droits que vous voulez protéger. Les droits non enregistrés en Chine ne peuvent pas être défendus légalement.
Ensuite, efforcez vous de comprendre comment le système juridique chinois est organisé. Même s'il n'est pas parfait, il marche et les entreprises qui respectent ses règles peuvent engager des actions dans le pays pour protéger leurs droits Si vous voulez réussir à protéger vos droits, vous devrez mettre en place une véritable stratégie de lutte anti contrefaçon.Et ceci commence dès le design.

Rendez votre produit difficile à copier. Bien sûr, ceci peut augmenter le prix de production, mais ce surcoût est à rapporter aux montants qui seront détournés par la contrefaçon, si elle est facile à mettre en œuvre. Certaines sociétés n'hésitent pas à graver leur nom de marque sur chaque pièce clé du produit et de l'emballage. Ainsi, ce sont les fournisseurs de pièces détachées qui peuvent être mis en cause en cas de contrefaçon.

 

Procédez à un réel management de votre nom de marque

Prenez en compte les délais très longs du système chinois d'enregistrement de marques pour déposer votre marque bien avant de l'utiliser.
Enregistrez directement des versions chinoises de vos noms de marque, pour éviter les infractions qui seraient causées par des traductions chinoises.

 

Enquêtes et actions

N'hésitez pas à investir en personnel d'investigation expérimenté, formé à la lutte anti contrefaçon.
Ainsi, ce qui est important, c'est d'identifier les vrais acteurs, ceux qui tirent les ficelles derrière les sociétés de façade. Par exemple, il ne faut généralement pas se précipiter pour faire saisir la marchandise lorsqu'on est informé qu'une cargaison est prête à être expédiée. Vous serez bien plus efficace si vous utilisez les personnes impliquées dans cet envoi pour remonter aux fournisseurs, aux sous-traitants, aux clients et si vous comprenez par quel circuit les produits sont distribués en Chine et exportés. C'est cela le véritable objectif à ne pas perdre de vue.
C'est en menant une véritable enquête, en entrant les renseignements obtenus dans une base de données, en coordonnant les informations du même genre venant d'autres pays qu'on arrive à faire les liens et à remonter au cerveau derrière cette activité.

 

Vous pouvez gagner votre procès !

Beaucoup d'entreprises occidentales fuient devant les perspectives d'actions en justice en Chine parce que le système leur semble trop difficile à utiliser. Ces difficultés sont réelles, mais avec un dossier bien monté, il est possible de gagner et de décourager les contrefacteurs, compte tenu des amendes qui sont infligées.


Restez cohérent !

Tous les hommes de loi chinois peuvent vous raconter des histoires vécues de rendez vous avec des clients occidentaux venus discuter de problème de droits de propriété intellectuelle, se montrer bouleversés par les infractions constatées. Ce n'est pas sans une certaine ironie qu'ils voient ces mêmes clients demander ensuite leur chemin pour le Silk Street Market à Pékin ou pour le Xiang Yang market à Shanghai, les deux adresses étant réputées pour l'importante offre de produits de contrefaçon à vendre.


En conclusion : aucune entreprise sérieusement engagée dans la lutte anti contrefaçon ne devrait se permettre d'acheter des produits contrefaits, même pour un usage privé.

Il est pourtant possible de protéger ses produits de la contrefaçon, en comprenant comment est organisée la contrefaçon et en agissant notamment en amont, en Chine même.

Partager cet article

Repost 0

commentaires